23 Mars – Soirée festive

21h – 1h

La sixième édition d’Ivresse de son s’ouvre avec une soirée musique festive/fanfare.

Au menu: Pink it Black et Faut qu’ça guinche

 

 

photo tirée du site de Pink it Black :

Pink It Black rend joyeuses même les journées pourries de Novembre

PINK IT BLACK : tiré de leur site , voici l’histoire presque complète et en partie véridique de la naissance de Pink it Black…

« Parfois la vie est belle, souriante et avenante, pleine d’espoirs, de jeux et de rêves. C’est dans ces moments là, souvent sous l’influence de quelques mots tendres que nous voyons notre vie en rose comme le chantait Edith Piaf. Mais dans la vie est parfois sale, injuste, triste et terne comme un dimanche de novembre sous la pluie, comme un crépuscule sonnant le glas des joies et recouvrant les âmes d’un voile noir* de désespoir (bon c’est un peu déprimant… mais c’est tellement beau, non?).

*si vous trouvez le rose triste et le noir joyeux, ça marche aussi, nous on porte les 2 couleurs, l’important c’est l’idée générale…

Nous avons tous connu ces alternances chromatiques de nos vies, avec toute la palette des humeurs-couleurs entre ces extrêmes… qui n’est d’ailleurs pas sans évoquer les couchers de soleil sur Belledonne bien connus de tous (surtout à Grenoble). Alors, en tant que musiciens, nous avons voulu en faire profiter les autres, les aider à escalader cette palette (à défaut des montagnes sus-citées) en apportant du bonheur musical et visuel à tous, qu’ils voient la vie en noir ou en rose.

Voilà, il ne nous restait plus qu’à trouver un nom à ce prozac naturel, vivant et sans contre-indications que nous étions sur le point de créer. En bons descendants des générations rock, nous ne pouvions pas passer à côté de la célébrissime « Paint it Black » des Rolling Stones ; cette chanson décrivant le désespoir d’un homme, nous l’avons prise à contre-pied et un barbarisme anglophone plus tard, Pink It Black était née.

Pink It Black est une fanfare qui s’écouvoit : seulement l’écouter ou seulement la voir ne suffit pas pour en prendre toute la dimension festive. En effet, pour vous faire oublier les soucis, elle ne recule devant rien et pousse ses explorations aux limites de l’infini des styles musicaux : cinéma, variété française et internationale, musique des balkan, folklores traditionnels des fanfares et bandas … tout y passe pour vous donner envie de chanter, danser, sauter, crier, rire … bref, pour vous donner envie de vivre ! »

Alors n’hésitez plus : venez faire la fête avec les Pinkies au Rabot le 23 mars à partir de 21h00 !!

FAUT QU’CA GUINCHE

voici un petit descriptif du groupe :

Entrez dans l’univers du guinch’n'roll avec Faut Qu’Ça Guinche, au départ une histoire de copains, qui au fil des concerts s’est pris au jeu de la scène, de l’écriture et de la composition. Avec 5 ans d’existence et l’acquis d’une expérience scénique solide, plus de 200 concerts – pour ne comptabiliser que les scènes les plus notoires – Faut Qu’Ça Guinche distille à chacune de ses prestations une bonne humeur contagieuse et une énergie sans faille, menée tambour battant par une rythmique empruntée tantôt au manouche, tantôt à la musette, tantôt au rock. Avec 3 CDs à son actif, FQCG a su renouveler régulièrement son spectacle. Dernière production phonographique en date: « Traquenard » sortis en mai 2011, qui est en écoute sur www.fqcg.info